L'ENERGIE EOLIENNE

Publié le par gaia

Lors du Grenelle de l'environnement la France s'est fixée comme objectif d'atteindre à l'horizon 2020 au moins 20% d'énergies renouvelables dans sa consommation énergétique.


L’énergie éolienne est indispensable pour parvenir à cet objectif et répondre au défi énergétique mondial.


L'éolien devrait représenter d'ici 2020 10 % de la consommation électrique nationale (soit 25 000 MW = 19 000 MW terrestres et 6 000 MW en mer).



UN ATOUT ENERGETIQUE INCONTESTABLE

 


L'essentiel de la production électrique en France est produite par le nucléaire et le thermique classique : énergies non renouvelables et loin d'être exempt de pollution.

Le développement de l'énergie éolienne et son utilisation associée aux autres sources d'énergies (hydraulique, solaire...) contribuera et garantira une indépendance énergétique de l'hexagone.


UNE ENERGIE VERTE


Une éolienne ou aérogénérateur convertit l'énergie cinétique du vent en électricité.

 
Elle permet une production électrique à partir d'une source d'énergie propre, inépuisable et disponible presque partout : le vent.

 


Les éoliennes sont constituées de matériaux (matières plastiques, acier) presque entièrement recyclables.

 


La mécanique éolienne et sa production électrique ne génèrent aucune pollution de l'air ou du sol : ni émission de gaz à effet de serre, ni déchet radioactif.

En 2008 en France, l'éolien a permis d'éviter le rejet de 1,65 millions de tonnes de CO2.

 

  
 VERS UNE INDEPENDANCE ENERGETIQUE

Nous vivons dans une trop grande dépendance énergétique vis à vis de pays producteurs tels que la Russie, le Moyen Orient, l'Afrique... que ce soit pour le gaz, le pétrole, l'uranium...

Et il est indéniable que ces réserves de pétrole, de gaz, charbon, d'uranium ne seront pas éternelles.


L'éolien est un rempart et un concurrent sérieux des énergies fossiles soumises aux aléas du marché et à la hausse des prix dues à leur raréfaction. Hausse qui devrait également se poursuivre en raison d'une demande mondiale toujours croissante (Chine, Inde...).


Le vent est une énergie disponible à escient et gratuite, ce qui en garantit un coût stable et compétitif au niveau du marché.


D'ici à quelques années, « le prix de l’électricité éolienne sera inférieur au prix de l’électricité sur le marché »


La filière éolienne représente un investissement coûteux du fait de ses infrastructures (installation de parcs éoliens, usine de fabrications d'équipement...). Mais à long terme c'est une énergie sûre, efficace, compétitive, et créatrice d'emplois (installation, gérance, maintenance des parcs éoliens...).

Début 2009, la filière éolienne française a une puissance installée de 2350 éoliennes (soit 3400 MW).

 


UNE ENERGIE DECENTRALISEE ET COMPLEMENTAIRE AUX AUTRES SOURCES D'ENERGIES

 


Certes l'énergie produite par les éoliennes ne peut être stockée. Elle est soumise aux fluctuations du vent variable en fonction des climats, des saisons...

Cependant les progrès météorologiques permettent une meilleure connaissance et maîtrise des vents et donc une efficacité accrue dans la gérance des parcs éoliens.

Par ailleurs l
a répartition des vents, différents et complémentaires sur l'hexagone (3 zones géographiques : front Atlantique, Zone Méditerranéenne, façade Manche-Mer du Nord) permettent une régularité et un équilibre dans la production nationale d'électricité.

Une éolienne fonctionne en moyenne 7000 heures par an soit 80% de l'année.

Enfin l'énergie est produite localement, plus près des lieux de consommation, ce qui évite les pertes dues au transport par les lignes électriques.

Elle peut être utilisée en complément de l'énergie hydraulique : n'oublions pas que la France possède le premier parc hydraulique européen. Les vents sont plus fréquents en hiver, moindre en été. Dès lors les barrages hydrauliques dont les réserves se sont reconstituées en hiver peuvent prendre le relai.

Elle peut être exportée en cas de surplus ou importée en cas de besoin via les lignes électriques transfrontalières vers les pays européens voisins (Allemagne, Italie, Espagne).



UNE ENERGIE EN PLEIN ESSOR



L'énergie éolienne connaît une croissance mondiale des plus importantes : plus 30% par an en moyenne depuis dix ans.

« Bien que sous exploité, la France possède le deuxième gisement éolien européen derrière la Grande Bretagne. Elle se situe au 3ème rang européen en terme de marché annuel et 5ème en terme de puissance installée »


Et des éoliennes en mer...
encore peu développé l'éolien offshore a de belles perspectives d'avenir. Les vents marins constituent un important réservoir d'énergie. Le Grenelle de l'environnement prévoit l'installation d'éoliennes offshore d'une capacité de production de 6000 MW .


L
a France se place :

  • au niveau européen derrière : l’Allemagne (23903 MW) (1° rang européen), l’Espagne (16754 MW), l'Italie (3736 MW)

  • au niveau mondial, derrière : les États Unis (25170 MW) , la Chine ( 12 200 MW) .



Sites et sources :
ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maitrise de l'Energie) :
www.ademe.fr

FEE (France Energie Eolienne) : www.fee.asso.fr

Publié dans Energies Renouvelables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

François Carré 02/08/2009 08:26

Lorsque l'on parle du recyclage des matériaux, il semble que l'on passe sous silence la quantité d'énergie nécessaire pour procéder à cette opération.
Et, pour ce qui concerne l'éolien, un bilan exact de pollution semble prématuré et les chiffres lancés à droite et à gauche ne constituent que des arguments peu crédibles.
Veut-on essentiellement se rassurer afin de croire dans un monde meilleur, en voie positive pour le moins ?
L'éolien dans sa technique actuelle, à l'encontre de toutes idées véhiculées sans fondements, réalise le plus mauvais choix et la plus grande erreur du siècle.
Faut-il se fermer les yeux afin de ne pas voir les failles ?

François Carré, ex-attaché de recherche au CNRS et à l'INSERM, président de l'association EOLE plus.