UNE HISTOIRE DE LAMPES

Publié le par gaia

Le 23/10/2008 le Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de l'Aménagement du Territoire a signé avec les professionnels, fabricants et distributeurs de sources lumineuses une convention dont l'objectif est le retrait progressif du marché des ampoules à incandescence d'ici à 2012 et la promotion des lampes dites à basse consommation.


Calendrier de retrait des lampes à incadescences
:

- 30 juin 2009 : retrait des ampoules à incandescence d’une puissance supérieure ou égale à 100 watts.

- 31 décembre 2009 : retrait des ampoules à incandescence d’une puissance supérieure ou égale à 75 watt.

-  30 juin 2010 : retrait des ampoules à incandescence d’une puissance supérieure ou égale à 60 watts

- 31 août 2011 : retrait des ampoules à incandescence d’une puissance  supérieure ou égale à 40 watts.

- 31 décembre 2012 : retrait des ampoules à incandescence d’une puissance supérieure ou égale à 25 watts.
- calendrier accéléré pour les enseignes de bricolage : retrait des ampoules à incandescence d'une puissance supérieure ou égales à 40 watts à compter du 31 décembre 2010 et de 25 watts à compter du 31 décembre 2011.



De quelles lampes parle t'on exactement ?

   Les lampes à incandescence :
- Les ampoules classiques (à filament). Elles ont durée de vie inférieure à 1000 heures. Leur classe énergétique est E, F, ou G.
- Les halogènes classiques. Durée de vie inférieure à 2000 heures. Classe énergétique : D, E, F ou G.
- Les halogènes à haute efficacité. Durée de vie inféieure à 5 000  heures. Classe énergétique C ou D.

   Les lampes à économies d'énergie sont :
- Les lampes fluorescentes :
* Les tubes fluorescents (ou néon). Durée de vie de 5 000 heures (tubes standards) à 15 000 heures (tubes hauts rendements). Classe énergétique A ou B
* Les lampes fluocompactes = lampes basses consommations. Durée de vie de 5 000 à 15 000 heures. Classe énergétique A.

- Les LED
= diodes électroluminescentes. Durée de vie inférieure à 50 000 heures.


Pourquoi une telle convention ?

- Pour des raisons énergétiques et économiques :

"L'éclairage engendre chaque année dans le monde 1 900 millions de tonnes de CO2" et "absorbe 19 % de la production d'électricité de la planète".
Pourquoi ? Car il fait appel à des moyens thermiques tel que le charbon,  le gaz, le fuel... pour sa production.
En France le remplacement des ampoules à incandescence par les lampes à économie d'énergie permettrait d’économiser "8 térawatts-heures de consommation d’électricité" et de "réduire les émissions de CO2 de près d'un million de tonnes chaque année".


... le saviez vous : l'éclairage compte pour 9% dans la facture des ménages.

Si les lampes à incandescence coûtent à l'achat 3 à 4 fois moins cher,
elles consomment 4 à 5 fois plus d'énergie qu'une lampe dite basse consommation. 
Elles fournissent 95 % de chaleur et seul 5 % de l’énergie est transformée en lumière. 
Leur durée de vie est 6 à 10 fois plus courte (environ 1 000 heures contre  5000 à 15  000 heures pour les lampes fluorescentes).

Autant dire que leur efficacité énergétique est moindre par rapport aux lampes fluorescentes, qui produisent 80% de lumière et 20 % de chaleur.

 
Une meilleure efficacité lumineuse : ainsi la lumière diffuse par une lampe à économie d'énergie de 15 Watts correspond à la lumière émise par une lampe à incandescence de 75 Watts.



 
- Pour des raisons écologiques : Préserver la planète et ses ressources limitées


Les ampoules classiques ne nécessitent pas de traitement particulier.
Une fois usagées elles doivent être jetées à la poubelle avec les ordures ménagères. 
Leur recyclage n'étant pas économiquement viable, elles  seront valorisées énergétiquement, par combustion
.

Les lampes à économies d'énergie sont des DEE (déchet d'équipement électrique ou électronique)... les EE sont tous les équipements fonctionnant avec une prise électrique, pile ou accumulateur.

Le décret DEE (décret n°2005 - 829 du 20 juillet 2005) prévoit la mise en place d'une filière de collecte et de recyclage.

En effet 93 % du poids des lampes fluorescentes sont recyclables.

Elles sont constituées à :
- 88 % de verre : réutilisé dans la fabrication des tubes en verre ou d'abrasifs, d'isolants pour le bâtiment.
- 5 % de métauxfer, aluminium et cuivre composent les contacts et culots. Ces métaux sont recyclés pour la fabrication de produits neufs (canette...). 
- 4 % de plastique qui subissent une valorisation thermique, leur volume ne permettant pas de recyclage viable.
- 3% de poudres fluorescentes. Ces poudres recouvrent l'intérieur des tubes et des lampes. Non recyclables elles sont enfouies dans des centres de stockage de déchets ultimes.
- 0.005 % de mercure qui est soit recyclé soit neutralisé.
...En cas de "casse occasionnelle" de la lampe, le mercure ne représente pas de danger pour la santé. La lampe doit être alors jetée aux ordures ménagères. 
Le mercure devient "potentiellement dangereux pour l'environnement" dès lors que "des dizaines de millions de lampes usagées" ne sont pas traitées.

... le symbole "poubelle barée" est indiqué sur le culot de la lampe pour indiquer qu'elle ne doit pas être jetée à la poubelle mais qu'elle doit être recyclée


Récylum
RECYLUM est l'éco-organisme crée pour répondre aux exigences du décret DEE.
C'est une société privée (SAS) à but non lucrative.
Crée le 26/05/2005 par des fabricants de lampes (Général Electric, Orsam, Philips, Sylvania)  RECYLUM SAS est soumis à agrément par les pouvoirs publics et est donc régulièrement contrôlé.
Seul organisme en charge en France de la collecte et du recyclage des lampes usagées détenues par les particuliers et les professionnels.

Recylum sous traite à des prestataires de service la logistique de la collecte. (La France est ainsi divisée en 8 zones + les DOM).
Les déchets collectés sont ensuite envoyés dans des centres de traitement spécialisés dans le recyclage des lampes.

Le recyclage des lampes usagées est financé par l'éco-contribution que tout acheteur particulier ou professionnel paye lors de l'achat de la lampe.

... A nous particulier d'apporter sur les points de collectes (magasins de bricolage, grande distribution...) ou à la déchetterie les lampes à économies d'énergie usagées.
Le site
www.malampe.org permet de géolocaliser le point de collecte le plus proche de votre lieu de domiciliation.


La filière lampes
source : www.malampe.org


Quelques chiffres fournis par RECYLUM :

Eco-contribution pour le recyclage en 2008 :
0,15 € HT soit 0,18 €TTC ;
répercuté (sans profit pour RECYLUM) depuis le fabricant (0.15HT), au distributeur (0.15HT), jusqu'à l'acheteur (0.18TTC).

4000 tonnes de lampes ont été recyclées en 2008.

Le taux de collecte a été de 31 % en 2008,
soit près de 1/3 des lampes vendues en France cette année là.

Techniques de reyclage (deux techniques effectuées par machines automatisés : découpage - séparation du verre avec les embouts plastiques/métalliques et séparation des poudres fluorescentes/mercure - et le broyage) ont permis :
Valorisation matière à plus de 90%.
Valorisation énergétique à 4 % (pour les matières ne pouvant être recyclés).
Neutralisation (procédé industriel d'enfouissement pour les poudres fluorescentes et le mercure) : 3%.


Sites et sources :
RECYLUM : www.recylum.com ; www.malampe.org
Convention sur le retrait des ampoules à incandescence et la promotion des lampes basses consommation : www.developpement-durable.gouv.fr
  

Publié dans Déchets

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article